dimanche 25 décembre 2016

La presse doit-elle toujours défendre le bio comme elle le fait ?

La réponse est beaucoup plus nuancée que les journaux ne voudraient nous le faire croire. 
Normal, casser les rêves n'est pas vendeur. On préfère alimenter un manichéisme moral, qui voudrait que la productivité soit forcément anti-écologique et anti-sociale.

Cette pensée binaire est confortable, peu importe si la vérité est complexe. Peu importe si on part souvent dans la mauvaise direction. Qui osera jouer le rabat joie ? Contester la pensée dominante c'est forcément être acheté par les lobbies.

Et pourtant si on lit la science, la nouvelle méta-étude ci dessous, en mettant de coté les avis des lobbies bio et non bio, on découvre objectivement que les intrants et méthodes bios sont souvent pires que les intrants et méthodes synthétiques, ces derniers étant plus optimisés.
Avocat du diable : Instruisons pour une fois uniquement à charge contre le "bio" ?

Synthèse : 

1) Concernant les émissions de gaz à effet de serre :

a) Pour "les émissions de CO2, les méthodes organiques sont en moyenne en Europe 10% plus impactantes pour le climat que les méthodes conventionnelles dans la filière laitière"

b) Pour le méthane, "la culture biologique semble ne pas être une option efficace pour atténuer les impacts climatiques combinés de CH4 et N2O dans la production de riz"

2) Bien sûr le bio a parfois des avantages. Mais pour ce qui est de la biodiversité, c'est contrasté : "Les insecticides organiques ont parfois eu un impact plus grand sur des ennemis naturels que les insecticides de synthèse."

3) Et "les pratiques de l' agriculture biologique n'ont pas nécessairement d'effets positifs sur l'environnement par unité de produit" comme l'étude le démontre.

4) Idem pour "les émissions d'ammoniac, le lessivage de l'azote et les émissions d'oxyde d'azote par unité de produit : elles sont plus élevés pour les systèmes organiques."

5) De plus, "l'agriculture intensive met en œuvre un engrais liquide à travers l'irrigation au goutte à goutte et a donc donné lieu à des taux beaucoup plus faibles de pollution de la zone et des eaux souterraines". L'engrais solide (fumier,...) a l'effet contraire...

6) "Le paillage avec des feuilles polyéthylène (autorisé en agriculture biologique) est plus polluant que la pulvérisation de glyphosate, et les sarcleuses à flamme (autorisées en agriculture biologique) sont plus coûteuses, comme l'énergie qu'elles exigent, que le glyphosate, et beaucoup moins efficace dans le contrôle des mauvaises herbes vivaces."

7) "Le contrôle mécanique des mauvaises herbes est fréquemment utilisé dans l'agriculture biologique, et il a été montré que le travail du sol peut provoquer une mortalité élevée parmi les œufs et les jeunes des alouettes."

8) "Pour les arthropodes, les niveaux de toxicité obtenus en laboratoire pour les pyréthrines naturelles ont été similaires ou supérieurs à ceux de plusieurs insecticides synthétiques."

Conclusion : GES, pollution, biodiversité, la presse est en faute si elle ne relativise pas soigneusement les mérites du bio sur le conventionnel. Elle doit au contraire également souligner proportionnellement les bienfaits du conventionnel sur le bio.Même si cela fâche nos préjugés...

Traduction automatique du lien (pas toujours rectifiée manuellement):

"Comparaison des impacts environnementaux de l'agriculture conventionnelle et biologique"
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE NE RÉDUIT PAS LES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ? --Un Méta-analyse de la recherche européenne Tuomisto et.al. (2012)
ABSTRACT
les pratiques de l'agriculture biologique ont été promus comme, entre autres, la réduction des impacts environnementaux de l'agriculture. Cette méta-analyse analyse systématique des études publiées qui comparent les impacts environnementaux de l'agriculture biologique et conventionnelle en Europe.Les résultats montrent que les pratiques de l' agriculture biologique ont généralement des effets positifs sur l'environnement par unité de surface, mais pas nécessairement par unité de produit .Les fermes biologiques ont tendance à avoir un sol plus forte teneur en matière organique et la diminution des pertes d'éléments nutritifs (de lixiviation de l'azote, les émissions d'oxyde d'azote et les émissions d'ammoniac) par unité de surface de terrain. Cependant, les émissions d'ammoniac, lessivage de l'azote et les émissions d'oxyde d'azote par unité de produit étaient plus élevés des systèmes organiques.Les systèmes biologiques avaient un moindre besoin en énergie, mais l'utilisation des terres plus, le potentiel d'eutrophisation et potentiels d'acidification par unité de produit. La variation dans les résultats entre les différentes études était grande en raison des différences dans les systèmes comparés et les méthodes de recherche utilisées.Les seuls impacts qui ont été trouvés à différer de manière significative entre les systèmes étaient teneur du sol en matière organique, le lessivage de l'azote, les émissions d'oxyde d'azote par unité de surface de terrain, la consommation d'énergie et l'utilisation des terres. La plupart des études qui ont comparé la biodiversité dans l'agriculture biologique et conventionnelle ont démontré les impacts environnementaux plus faibles de l'agriculture biologique. Les principaux défis dans l'agriculture conventionnelle sont d'améliorer la qualité du sol (par des rotations et des ajouts de matières organiques végétales polyvalents), recycler les éléments nutritifs et d'améliorer et de protéger la biodiversité. Dans l'agriculture biologique, les principaux défis sont d'améliorer les rendements de gestion et d'augmenter les nutriments. Afin de réduire les impacts environnementaux de l'agriculture en Europe, les efforts et les politiques de recherche devraient être ciblées sur le développement de systèmes agricoles qui produisent des rendements élevés avec des impacts négatifs sur l'environnement à faible tirant sur les techniques des deux systèmes biologiques et conventionnels.
CHOISIR LES PESTICIDES ORGANIQUES AU DÉPEND DES PESTICIDES SYNTHÉTIQUES NE PEUT LIMITER EFFICACEMENT LE RISQUE ENVIRONNEMENTAL DANS LE SOJA (2010) RÉSUMÉ
Méthodologie / Principales constatations
Nous rapportons les résultats d'une étude sur l'impact environnemental de plusieurs nouveaux synthétiques et insecticides biologiques certifiés considérés comme insecticides à risque réduit pour le puceron du soja (Aphis glycines) commande, en utilisant desméthodologies établies et nouvelles pour quantifier directement l' impact des pesticides en termes de services de biocontrôle . Nous avons constaté que, en plus de l'efficacité réduite contre les pucerons par rapport à de nouveaux insecticides synthétiques, les insecticides organiques autorisés eu un impact négatif similaire ou encore plus grand sur plusieurs espèces d'ennemis naturels dans les études de laboratoire, et étaient plus nuisibles pour les organismes de lutte biologique dans des expériences sur le terrain, et a eu plus de Quotient d'impact environnemental à des taux d'utilisation sur le terrain.
Conclusions / Importance
Ces données recommandent la prudence sur l'hypothèse largement répandue selon laquelle les pesticides biologiques sont moins nocifs pour l'environnement que les synthétiques. Tous les pesticides doivent être évaluées à l'aide d'une évaluation des risques fondée sur des données empiriques, parce que des généralisations fondées sur l'origine chimique ne sont pas valables dans tous les cas.
NITRATE LIXIVIATION DE FERMES BIOLOGIQUES INTENSIF AUX EAUX SOUTERRAINES (2014)
ABSTRAIT
Il est communément présumé que l'agriculture biologique provoque la pollution environnementale minime.Dans cette étude, nous avons mesuré la qualité des eaux de percolation dans la zone vadose, qui sous-tend les deux serres intensifs biologiques et conventionnels. Notre étude a été menée dans les fermes nouvellement créées, où le sous-sol sous-jacent aux serres a été surveillées en continu à partir de leur mise en place.De manière surprenante, l' agriculture biologique intensif reposant sur la matière organique solide, tel que du fumier composté qui est mis en oeuvre dans le sol avant la plantation comme seul engrais, a abouti à la baisse significative du lessivage des nitrates dans la zone non saturée dans la nappe phréatique. D'autre part, l'agriculture intensive similaire met en œuvre un engrais liquide à travers l' irrigation au goutte à goutte, comme couramment pratiqué dans l' agriculture conventionnelle, a donné lieu à des taux beaucoup plus faibles de la pollution de la zone vadose et les eaux souterraines.Il a été démontré que les méthodes de fertilisation précis qui distribuent les engrais à travers le système d'irrigation, selon la demande de la plante, au cours de la saison de croissance réduisent considérablement le risque de contamination des eaux souterraines par les deux serres biologiques et conventionnels.
L' atténuation des émissions de gaz à effet de serre en Europe conventionnelle et biologique élevage laitier A. Weiskea,,, A. Vabitschb, JE Olesenc, K. Scheldec, J. Michela, R. Friedrichb, M. Kaltschmitta 2005
En moyenne pour toutes les régions laitières européennes, les émissions provenant des systèmes de production biologique ont été d'environ 1,6 kg de CO2-éq. kg-1 du lait et donc 10% plus élevé par rapport aux fermes modèles classiques (1,4 kg CO2-éq. kg-1 du lait).Lors du calcul des émissions sur la base de la production laitière, les fermes biologiques ont tendance à avoir des émissions plus élevées que les exploitations conventionnelles à l'excédent agricole de N similaire et N efficacité. La relation était très significative pour les deux fermes biologiques et conventionnelles, mais avec des émissions légèrement plus élevées de GES provenant de fermes biologiques à la ferme N similaire efficacité. Cela peut être dû en partie aux émissions estimées de plus de CH4 provenant de la fermentation entérique en raison d'une proportion plus élevée des cultures fourragères dans le régime alimentaire.
L' atténuation des gaz à effet de serre par l'intensification agricole Jennifer A. Burneya, b, 1, Steven J. Davisc, et David B. Lobella, b 2010
L'agriculture intensive est préférable à moins de l'agriculture d'entrée. Cela a sauvé 161 GTC carbone jusqu'à présent depuis 1961 - 2005. Les sols continuent à agir en tant que puits de carbone, mais deviendraient des sources de carbone s'ils étaient labourés.
Comparaison des Douze organiques et des systèmes agricoles classiques: Une des émissions de gaz à effet de serre du cycle de vie Perspective Kumar Venkat Journal of Sustainable Agriculture 36 (6) · Juillet 2012
Abstract
Compte tenu de l'importance croissante de la production d'aliments biologiques, il y a un besoin urgent de comprendre les impacts environnementaux relatifs des méthodes d'agriculture biologique et conventionnelle. Cette étude applique l'évaluation du cycle de vie basé sur des normes pour comparer les émissions de gaz berceau à la ferme la porte à effet de serre de 12 produits végétaux cultivés en Californie en utilisant les deux méthodes biologiques et conventionnelles.Les résultats montrent que l'état d'équilibre la production biologique a des émissions plus élevées par kg que la production classique dans sept des 12 cas (10,6% globalement plus élevé, à l'exclusion d'une valeur aberrante). la production biologique de transition fonctionne mieux, générant moins d'émissions que la production conventionnelle dans sept cas (ensemble 17,7% inférieure) et les émissions de 22,3% inférieurs à ceux de régime permanent organique. Les résultats démontrent que la conversion des terres cultivées supplémentaires à la production biologique peut offrir d'importantes possibilités de réduction des GES au cours des prochaines décennies, par le biais de l'augmentation des stocks de carbone des sols organiques pendant la transition. Les systèmes non-organiques pourraient également améliorer leur performance environnementale en adoptant des pratiques de gestion pour augmenter les stocks de carbone des sols organiques.
Évaluation des production agricoles conventionnelles et biologiques par rapport aux intrants énergétiques primaires et certaines émissions de gaz de la pollution du ministère fédéral de l'alimentation, de l' agriculture et des forêts (BML), Murphy, DPL ;, Roever, M. et Heinemeyer, O.
Une forme d'agriculture avec une utilisation réduite des ressources minérales N-engrais par intégration de production végétale et animale combinée à l'utilisation de la production de concentré d'aliments pour animaux locaux est avantageux en ce qui concerne les émissions de la consommation d'énergie et de gaz à effet de serre primaires. Un tel système peut être classique ou organique.
Suivi des GES dans les magasins de fumier dans les fermes laitières biologiques et conventionnelles RW Sneath, F. Beline, MA Hilhorst, P. 2005 Peu
Abstract
Les méthodes d'agriculture biologique sont réputées pour être plus respectueux de l'environnement que les méthodes conventionnelles et le projet européen MIDAIR avait un objectif global de comparer les émissions provenant de l'élevage laitier biologique avec des méthodes classiques de production de lait. magasins de fumier sont la deuxième source d'émissions de méthane (après la fermentation entérique) sur la production laitière européenne.De grandes incertitudes dans les méthodes de mesure signifie que même dans le cas des magasins, des différences découvertes entre les deux systèmes d'exploitation agricole ne pouvait pas être prouvées comme sensiblement différentes.
Méthane et d'oxyde nitreux : émissions provenant des systèmes de culture de riz biologiques et conventionnels en Chine duSud - Est Yanmei Qin, Shuwei Liu, Yanqin Guo, Qiaohui Liu, Jianwen Zou
Les résultats de cette étude suggèrent que le système de culture biologique pourrait ne pas être une option efficace pour atténuer les impacts climatiques combinés de CH4 et N2O dans la production de riz paddy.
La comparaison entre agriculture intensive et agriculture biologique sur la gestion extensive des prairies dans le sud de l'Allemagne par l'évaluation du cycle de vie du processus. Guido Haas, Frank Wetterich, Ulrich Köpke 2001
Analyse de la catégorie d'impact sur la biodiversité : l'image du paysage et de l'élevage, les fermes biologiques ont des avantages évidents dans le nombre d'indicateurs d'espèces des prairies, le pâturage du bétail, la mise en page de l'exploitation agricole et de la gestion du troupeau, mais des indices dans ces catégories a montré une large gamme et sont en partie indépendante de la système d'exploitation.Lower CO2- et les émissions de N2O des fermes biologiques sont compensées par une émission plus élevée de CH4 par unité de lait produite en raison de la performance du lait inférieur.
Évaluation du cycle de vie de la production laitière conventionnelle et biologique aux Pays - Bas MA Thomassena 2008, KJ van Calkerb, MCJ Smitsc, GL Iepemad, IJM de Boera
Dans cet article, deux systèmes de production de lait néerlandais, à savoir un classique et un organique, ont été comparés sur leur impact environnemental intégral et les points chauds ont été identifiés dans les chaînes de production de lait conventionnelles et biologiques.Les résultats ont montré une meilleure performance environnementale concernant l'utilisation de l'énergie et le potentiel d'eutrophisation par kilogramme de lait pour les fermes biologiques que pour les fermes conventionnelles. En outre, un potentiel plus élevé à la ferme acidification et le potentiel de réchauffement de la planète par kilogramme de lait biologique implique que l'ammoniac plus élevé, le méthane et l'oxyde nitreux émissions se produisent à la ferme par kilogramme de lait biologique que pour le lait conventionnel. potentiel d'acidification totale et le potentiel de réchauffement de la planète par le lait kilogramme ne différaient pas entre les fermes conventionnelles et biologiques sélectionnés. En outre, les résultats montrent l'utilisation des terres plus faible par kilogramme de lait conventionnel par rapport au lait biologique.
L' évaluation de l' impact environnemental de la production laitière conventionnelle et biologique. Imke JM de Boer 2003
la production de lait biologique augmente intrinsèquement les émissions de méthane et, par conséquent, peut réduire le potentiel de réchauffement global que par la réduction des émissions de dioxyde de carbone et l'oxyde nitreux considérablement.
Les émissions d'oxyde d' azote provenant des systèmes biologiques et conventionnels arables culturales sur deux types de sol Ngonidzashe Chirindaa, c,,, Mette S. Carterb, Kristian R. Albertb, Per Ambusb, Jørgen E. Olesena, John R. Porterc, Søren O. Petersena 2006
les émissions d'oxyde nitreux étaient similaires ou plus de classiques que de rotations biologiques, sauf en Autriche, où l'entrée de N dans le fumier était beaucoup plus élevé de la rotation organique que de la rotation classique
Fondants d'oxyde nitreux et de méthane, et le lessivage d'azote provenant des sols sableux organiquement et conventionnellement cultivés dans l' ouest de la Finlande E. Syväsalo, K. Regina, E. Turtola, R. Lemola, M. Esala 2006
Azote lessivage et les pertes de N2O gazeux étaient légèrement plus grand pour de l'herbe organique que pour l'herbe classiquement cultivée, et la différence était encore plus évidente lorsque les pertes ont été calculées par le rendement.
L'écart de rendement des cultures entre l'agriculture biologique et conventionnelle. Tomek de Ponti, Bert Rijk, Martin K. van Ittersum 2012
L'écart de rendement des cultures entre l'agriculture biologique et conventionnelle. Nous avons analysé 362 rendements publiés des cultures comparatives organiques conventionnelles. L'écart de rendement organique est de 20%, mais diffère quelque peu entre les cultures et les régions. Nous avons trouvé une faible indication d'un écart de rendement plus les rendements conventionnels augmententaient. Nous émettons l'hypothèse que lorsque upscaling à la ferme / régional l'écart de rendement sera plus grande. Dans ce contexte, la recherche est nécessaire à la ferme et au niveau régional et sur la disponibilité des nutriments.
Comparaison des rendements de l'agriculture biologique et conventionnelle. Verena Seufert, Navin Ramankutty & Jonathan A. Foley 2012
Le taux de rendement organique à conventionnel moyen de notre méta-analyse est de 0,75 (avec un intervalle de confiance à 95% de 0,71 à 0,79); qui est, dans l'ensemble, les rendements biologiques sont de 25% inférieurs à ceux conventionnels. Ceci est juste la moyenne globale, cependant: comme la figure ci-dessous, il y a une variabilité considérable entre les différentes cultures.
L' impact environnemental des engrais de farine de viande par rapport à l' engrais chimique Ressources, Conservation et recyclage, 55 (11), pp.1078-1086.Spångberg, J. et al., 2011
Un des défis pour les exploitations biologiques sans accès à du fumier est de trouver des sources durables de nutriments végétaux, puisque seulement ceux naturel, renouvelable et des ressources régénératives peuvent être utilisés
La production alimentaire par rapport à la biodiversité: Comparaison de l' agriculture biologique et conventionnelle Gabriel, D. et al, 2013... Journal of Applied Ecology, 50 (2), pp.355-364.
Lors du contrôle du rendement, la diversité des bourdons, les papillons, les syrphes et les arthropodes épigés ne différait pas entre les systèmes de production, ce qui indique que les différences observées dans la biodiversité entre les champs biologiques et conventionnels sont expliqués par des rendements plus faibles dans les domaines biologiques et non par des pratiques différentes de gestion en soi. Compte tenu de ces résultats et du rendement par rapport à ses relations à la biodiversité observées dans notre étude, il est probable que les plus grands gains de biodiversité par le rendement des cultures de l'unité se produirait dans les paysages mixtes et à faible productivité. Ce résultat est en contradiction avec le consensus existant qui dit que le gain de biodiversité maximale se produira par la promotion de l'agriculture biologique homogènes, sans paysages intensifs.
L'écart de rendement des cultures entre l'agriculture biologique et conventionnelle.De Ponti, T., Rijk, B. & Van Ittersum, MK, Systèmes agricoles, 108, pp.1-9. 2012.
Nourrir le monde avec l'agriculture biologique peut exiger plus de terres que l'agriculture conventionnelle et donc la zone des écosystèmes naturels et semi-naturels peut être plus faible, alors que la qualité de la biodiversité sur et autour des terres agricoles peut être plus élevé.
Les aliments biologiques: acheter plus desécurité ou tout simplement la tranquillité d'esprit? Un examen critique de la littérature. Commentaires critiques dans la science alimentaire et la nutrition, 46 (1), pp.23-56. Magkos, F., Arvaniti, F. & Zampelas, A. 2006.
De la pertinence, une étude récente a rapporté que les soupes préparées à partir de légumes biologiques cultivés (achetés directement à partir de la vente au détail) avaient presque six fois plus d'acide salicylique (médiane, 117 ng / g; plage, 8-1040 ng / g) que les soupes classiques ( me-dian, 20 ng / g; plage, 0-248 ng / g)-Ainsi, la sélection de variétés résistantes aux ravageurs en agriculture biologique pourrait également signifier que ces plantes ont des niveaux plus élevés de toxines naturelles, ou des niveaux de plus grande puissance.
Les tentatives précédentes pour augmenter la résistance aux maladies dans les variétés de pommes de terre, le céleri et les panais par l'utilisation de plantes de type sauvage et des programmes de résistance de reproduction, ont conduit à une augmentation des concentrations de toxine naturelle et le retrait de ces aliments de la vente au détail (Ames and Gold, 1989; McGregor, 1998; Fenwick et al., 1990).
-Néanmoins, il a été récemment rapporté que le soufre a dû être appliqué dans des quantités de 40% supérieurs à un fongicide synthétique correspondant,
Impact environnemental des différentes pratiques de gestion agricole: classiques contre l' agriculture biologique. Gomiero, T., Pimentel, D. & Paoletti, MG, 2011. Critical Reviews in Plant Sciences, 30 (1-2), pp.95-124.
Le document décrit ensuite la consommation d'énergie dans différents contextes agricoles: l'agriculture biologique a une plus grande efficacité énergétique (entrée / sortie), mais, en moyenne, présente une baisse des rendements et de la productivité par conséquent réduite. Les inconvénients possibles de la fertilisation organique ont été reporté par certains auteurs (par exemple, Tilman et al, 2002; Sieling et Kage, 2006; Kirchmann et al, 2007; Wu et Sardo 2010..): la «Libération lente» des nutriments provenant du compost organique ou ma-Nures vert peut être difficile à contrôler et harnais et risquent de ne pas répondre à la demande des cultures, ce qui entraîne des pertes d'azote par lessivage et volatilisation. En outre, dans les systèmes biologiques, la compétition avec les mauvaises herbes peut réduire considérablement l'efficacité N apport
En outre, Wu et Sardo (2010) suggèrent que le paillage avec des feuilles polyethy-lene (autorisée en agriculture biologique) est plus polluant que la pulvérisation de glyphosate, et que les sarcleuses de flamme (autorisés en agriculture biologique) sont plus coûteux et l'énergie exigeant que le glyphosate et beaucoup moins efficace dans le contrôle des mauvaises herbes vivaces.
Approches pour évaluer l'impact environnemental de l' agriculture biologique eu égard en particulier au Danemark Hansen, B., Alroe, HF & Kristensen, ES, 2001.. Agriculture, Ecosystems and Environment, 83 (1-2), pp.11-26.
le contrôle mécanique des mauvaises herbes est fréquemment utilisé dans l'agriculture biologique, et a été montré le travail du sol pour provoquer une mortalité élevée parmi les œufs et les jeunes des alouettes.
Face à l' insécurité alimentaire en Afrique: Pourquoi, après 30 ans de travail dans l'agriculture biologique, je suis la promotion de l'utilisation des engrais synthétiques et les herbicides dans la production des cultures de base à petite échelle Lotter, D. 2014 .. Agriculture and Human Values, (Pretty 1997 ), pp.111-118.
Herbicide médiée labour CA via un pulvérisateur à dos peut sous-sensiblement augmenter les rendements de maïs conventionnelles tout en même temps presque éliminer l'érosion et l'augmentation de la capture d'eau de pluie jusqu'à cinq fois. À mon avis, la perte de spectre massive du sol par l'érosion et la perte de nutriments par le travail du sol en Afrique dans les prochaines decades éclipse largement les effets possibles sur la santé de vos expositions à la substance chimique.
Effets des insecticides organiques agricoles compatibles sur quatre puceron espèces d'ennemis naturels. Jansen, JP, Defrance, T. & Warnier, AM, 2010. lutte antiparasitaire Science, 66 (6), pp.650-656.
Les résultats indiquent potentiellement une forte toxicité des pyréthrines naturelles pour les arthropodes bénéfiques. Bien que cette toxicité doit être confirmée dans des conditions de terrain, les niveaux de toxicité obtenus dans le laboratoire ont été similaires ou supérieurs à ceux de plusieurs insecticides synthétiques connus pour être toxiques dans le domaine
Produits naturels dans la protection des cultures. Dayan, FE, Cantrell, CL & Duke, SO 2009. bioorganique et Medicinal Chemistry,
La gestion des mauvaises herbes dans les pratiques de l'agriculture biologique est très problématique. Alors que la plupart des méthodes reposent sur la cultivation du sol, le binage à la main, le biocontrôle, les paillis organiques, et ironiquement en plastique (synthétique) la couverture du sol, et l'utilisation de certains produits naturels est autorisée
Une méta-analyse des différences dans les impacts environnementaux entre l'agriculture biologique et conventionnelle. Mondelaers, K., Aertsens, J. & Huylenbroeck, G. Van, 2009. British Food Journal, 111 (10), pp.1098-1119.
Cette perte de services écosystémiques est grande par rapport à l'avantage d'une réduction des émissions de nutriments et de pesticides. De méta-analyse du papier, il peut conclure que les sols dans les systèmes d'agriculture biologique ont en moyenne une teneur élevée en matière organique. Il peut également conclure que l'agriculture biologique contribue positivement en faveur de l'agro-biodiversité (races utilisées par les agriculteurs) et de la biodiversité naturelle (la vie sauvage). En ce qui concerne l'impact du système d'agriculture biologique sur les émissions de nitrates et de lessivage du phosphore et de gaz à effet de serre le résultat de l'analyse ne sont pas aussi simple que cela. Lorsqu'elle est exprimée par zone de production agriculture biologique les scores sont meilleurs que pour l'agriculture conventionnelle pour ces articles. Toutefois, compte tenu de la faible efficacité de l'utilisation des terres de l'agriculture biologique dans les pays développés, cet effet positif exprimé par unité de produit est moins prononcé ou non présent systématiquement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire